Accueil | Actualites | PRIX [DU MÉTRO] GONCOURT

PRIX [DU MÉTRO] GONCOURT

03 Janvier 2018

Le prix [du métro] Goncourt 2017, créé par Epiceum, a été décerné ex-aequo à Négar Djavadi et Guy Boley pour leur premier roman Désorientale (Editions Liana Lévi) et Fils du feu (Grasset). Leurs Bouddhas d'or leur ont été remis le 14 décembre, lors d'une soirée conviviale organisée 75 rue de la fontaine au roi - Paris 11è à deux pas du métro Goncourt, en présence des collaborateurs, clients et partenaires de l'agence.

 

Retrouvez toutes les photos de la soirée : 

- sur la page Facebook du Prix

- ou dans l'album de l'évènement

 

 

Depuis 2008, Carole Martinez, Marc Lepape, Jean-Claude Lalumière, Manon Moreau, Christophe Carlier, Sylvie Tanette, Cyrille Latour, Nicolas Clément, Pascale Dewambrechies et Isabelle Bunisset ont été récompensés pour ce prix. Un jury de 20 personnes s’est attaché à sélectionner et à lire onze des meilleurs premiers romans de l’année. Le jury ne pouvant se départager, ce sont deux premiers romans qui sont exceptionnellement récompensés ex-aequo pour les 10 ans du Prix : Désorientale, une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité, un roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui et fils du feu qui raconte avec poésie l’enfance, la famille, l’émancipation, la vie qui va, les absents pourtant si présents…

 

Clin d’oeil amusé à la situation géographique d'Epiceum et à la station qu’empruntent au quotidien les collaborateurs de l’agence, le prix [du métro] Goncourt, met chaque année à l’honneur un auteur et son œuvre. Au-delà de la boutade, le nom de ce «prix», qui évoque une institution littéraire, traduit un amour des mots et des bonnes formules. Il est matérialisé par un Bouddha d'or...